Les soldats du 6,9e de cavalerie se retrouvent face à un mur, au sens propre du terme. Leurs femmes ont disparu, il va falloir aller les chercher en territoire ennemi, chez les Indiens, de l’autre côté. Hélas, couards, stupides, ils n’ont rien de héros, et aucun d’entre eux ne se porte volontaire. Finalement, une petite bande de « perdants-nés » va être désignée…

Grands espaces, paysages minéraux, terres arides et hostiles, cow-boys ambivalents, Galvin se régale de revisiter un genre, le Western, à grands traits d’humour, et nous livre une admirable réflexion sur la violence, la place de la femme et la bêtise des hommes.

  • Un ouvrage simplement irrésistible de décalage et de loufoquerie entre les Monty Python et Mel Brooks !
  • Le texte, d’une apparente légèreté surréaliste, pose des questions existentielles, et questionne sur les choix que l’on fait pour bâtir une vie.
  • Le travail de Michel Galvin est reconnu : Fin de chaîne a obtenu le prix BD 2009 du Festival des Arts Graphiques.