« Famille, je vous hais ! »
Comme chaque été, François part en vacances avec femme et enfants chez ses parents au bord de la mer. L’occasion de passer de bons moments en famille et de se remémorer des souvenirs d’enfance ? Pas si simple… Un bonheur très vite fragilisé par le malaise de François vis-à-vis de son frère cadet, « celui qui a réussi », concentration de toutes les admirations parentales.

Un récit à la portée universelle où l’on aborde la cellule familiale, l’affection, la tendresse, les non-dits entre proches et l’inexorable passage du temps.

  • Une écriture subtile et ciselée portée par une mise en scène cinématographique, qui croque la famille et ses douleurs par petites touches, sans concession.
  • Un ton proche de l’univers de Jaoui / Bacri. Autres cinéastes qu’on peut évoquer : Pascal Thomas, Daniel Thompson.
  • Un contraste habilement mené entre le cadre – idyllique – des vacances d’été et les tensions qui s’exacerbent entre chacun des membres de la famille.
  • Avec une grande délicatesse et ingéniosité dans son dessin, Glen Chapron nous place au cœur des frustrations des personnages et des rivalités fraternelles.