Un portrait magistral de lʼexplosive réalité de Mayotte !

Le bébé a quelques jours, sa maman, comorienne, en a seize. Elle l ʼabandonne à Marie, infirmière à lʼhôpital. Marie est blanche. Marie le prénommera Moïse.
La vie sʼécoule, presque tranquille ; mais, vers treize ans, Moïse, lʼenfant adopté, lʼenfant arrivé en « kwassa sanitaire », lui reproche de lui avoir volé sa vraie vie. Il se détourne du collège et fait allégeance à Bruce, chef dʼun gang de jeunes hyper violents et drogués qui tiennent Kaweni, le quartier de la misère. Marie meurt. Moïse commet un meurtre. Il a seize ans.
Qui pourra arrêter la terrible machine à broyer du destin qui sʼest mise en marche : lʼhumanitaire idéaliste, ou le flic désabusé ?

Tropique de la violence_p18-19 Tropique de la violence_p128-129

Le dessinateur

Gaël Henry est diplômé de lʼAcadémie de Tournai en section BD. Depuis, il a voyagé un peu partout à travers le monde. Il vit et travaille à Lille. Tropique de la violence est sa troisième BD chez Sarbacane.

L’auteure

Nathacha Appanah est mauricienne. Elle descend d’une famille d’engagés indiens de la fin du XIXe siècle, les Pathareddy-Appanah.
Tropique de la violence, son septième roman, a reçu de nombreux prix, dont le prestigieux Prix Anna-de- Noailles de l’Académie française 2017 ou encore le Prix roman France Télévisions 2017.