Ici un insecte ou un crapaud qui se font passer pour une feuille, là un hippocampe qui imite à la perfection le corail, là encore une minuscule araignée dont on ne sait si elle se prend pour un crabe ou un genre de marguerite…

C’est le grand jeu des Illusionnistes !

Chez les animaux, passer inaperçu est parfois vital pour se protéger – ou pour fondre sur sa proie. Chez les plantes, il s’agit de mieux se faire voir, au contraire, pour attirer les insectes pollinisateurs. Ainsi de l’orchidée à tête de singe ou encore de la fleur surnommée Dark Vador pour le masque qu’elle arbore – et dont on ne sait lequel a inspiré l’autre !

,
Outre une approche de l’inventivité géniale du monde animal et végétal, on pourra admirer des points de vue étonnants, car l’artiste y a été de son grain de sel : par le cadrage, le choix des couleurs, Laure du Faÿ compose des tableaux à la fois graphiques, sensibles et tout simplement beaux. Du grand art, d’un côté comme de l’autre !

 

Les illusionnistes_p12-13

 

L’auteure

Originaire de Tours et née en 1979, Laure du Faÿ est diplômée des Arts Décoratifs de Strasbourg. Elle vit à Saint-Denis où elle partage un atelier avec 160 artistes et travaille pour diverses maisons d’édition, autour de l’univers de la petite enfance. Dessinatrice sensible au trait tendre et affectif, elle développe un travail à la chromie soignée, qui parle aux petits. Elle collabore régulièrement avec la presse jeunesse spécialisée. Avec son complice Gonzague Lacombe, elle réalise des fresques murales et jeux en plein air, autour de la signalétique et du graphe urbain.