Un triangle amoureux somptueux sublimé par le dessin de Terkel Risbjerg

Aksel est né dans une famille de riches propriétaires terriens dans le Danemark de la fin du XIXe siècle. La première partie du livre célèbre somptueusement la pureté magique de l’enfance à travers de superbes scènes uniquement visuelles, puis peu à peu Aksel grandissant, on bascule vers un récit plus réaliste où Aksel, poète sensible et vulnérable, ne peut affronter « le monde réel » tel qu’il est.

Tout au long de son existence, il va croiser « des femmes phares », toutes bien plus fortes que lui : sa mère d’abord, la rêveuse Klara, puis la sublime Laurine, la très moderne Sofie, et enfin Rebekka, le grand amour qui l’envoûte et le paralyse. Amour impossible puisqu’il s’agit de la femme de son ami d’enfance, le sombre et talentueux Fredrik…

Sous le regard fasciné de Søren Sidenius, un vieil ami de la famille, botaniste et collectionneur, Axel va finir par créer un monde intérieur imaginaire, et l’habiter, avec ceux qu’il a tant aimés.

« Le roi des scarabées » raconte ce destin romanesque et profond, fragile comme un rêve.

roi des scarabées p6-7roi des scarabées p8-9

- Une écriture inspirée et lumineuse, un scénario subtil, formidablement maîtrisé, Anne-Caroline Pandolfo nous emporte dans un récit romantique et virevoltant.

- Terkel Risbjerg développe un dessin somptueux, tantôt charbonneux, tantôt pur, qui fait irrémédiablement penser aux meilleurs : Blain, Vivès , Munoz et … au peintre suédois, Carl Larsson.

 

Tout public / Amour-Amitié / Années 1900 / Magique / Récit romantique-Intime