Une somptueuse histoire d’amour et de rédemption.                               

D’après le roman de Martine Pouchain (Sarbacane)

Sean Hopper, c’est celui qui est chargé du sale boulot aux abattoirs : tuer les boeufs. Sauf que lui, il y prend du plaisir… Glacial, taciturne, il est redouté dans tout le comté de Springfield, où il habite avec sa femme Bonnie. Mais un soir, Bonnie s’en va. Marre de vivre avec une bête humaine . De rage, Sean prend sa vieille Thunderbird, de l’alcool plein le sang et AC/DC à fond la caisse : il fonc dans un platane. Et il frôle la mort. À son réveil, il a changé. Il n’est plus – tout à fait – la brute qu’il était… Personne n’a l’air de s’en apercevoir, excepté le petit Bud, conteur de cette histoire, qui habite à côté de chez lui, avec son hérisson apprivoisé et sa Grand’ma indienne. Le petit Bud, qui n’oserait espérer que son existence puisse être ensoleillée par un homme comme Sean Hopper…

Sean Hopper p10-11

Sean Hopper p54-55

- Christophe Merlin offre au lecteur un roman graphique âpre et fort, qui contribue à faire de Sean Hopper une oeuvre bouleversante.

- Une somptueuse histoire d’amour et de rédemption, qui explore parfois avec drôlerie et profondeur les méandres de la condition humaine : subtil et universel.

- Vu à travers des yeux d’enfant – l’espiègle petit Bud –, ce récit prend alors de beaux accents poétiques.

L’auteure

Martine Pouchain n’a jamais cessé d’écrire, dans un milieu qui ne l’y prédisposait pas. Autodidacte donc, illégitime presque. Et une culture lacunaire, virevoltant d’admiration en éblouissements – Baudelaire, Giono, Colette, Céline, Faulkner, Garcia Marquez…

Le Dessinateur et adaptateur

Christophe Merlin est auteur et illustrateur de nombreux albums jeunesse, dont plusieurs publiés chez Sarbacane, et de carnets de voyages dessinés. Il a aussi publié plusieurs bandes dessinées : dont le marquant La Goule (sur un scénario d’Agathe de la Boulaye), Casterman (2005).