Une voiture rouge roule dans la campagne sous un grand soleil.
À l’intérieur, le narrateur, un tout petit doudou lapin sanglé dans son siège auto, à côté d’un enfant de 2-3 ans qui regarde en souriant par la fenêtre. Le doudou lapin va ressentir toutes les émotions du récit : la gêne, d’abord, à cause de la ceinture trop serrée, l’énervement, l’odeur de la chaleur lourde qui monte, une légère nausée et puis la peur, la grande peur de l’orage qui soudain tonne, énorme : Babam !!!
L’enfant – qui joue ici la figure du « grand » – détache alors le doudou lapin ratatiné d’effroi et le presse contre sa poitrine : « N’aie pas peur, mon lapin, c’est l’orage… » Et le doudou lapin d’entendre le coeur du petit garçon qui bat : babam, babam, babam…
,